Les Energies Gratuites

ÉOLIENNE

On pourrait commencé par les éoliennes à géométrie variable, c’est quoi ces éoliennes à géométries variables ?
Ces EGM à axes verticales ont la particularité d’avoir la voilure adaptée à la force de vent. Plus le vent est fort, moins la voilure est importante, permettant ainsi d’assurer une vitesse et un couple les plus constant possible et ce sur une large plage anémométrique. La vraie innovation dans ce cas est moins visible, puisqu’elle réside dans l’alternateur. Un alternateur qui s’adapte au couple et à la vitesse de rotation disponible en entrée afin d’offrir le meilleur rendement. Techniquement, ce tour de force est réalisé principalement avec un couplage adaptatif (pour ceux qui ont fait de l’électrotechnique,, l’alternateur choisit le couplage triangle ou étoile, en fonction des conditions) ainsi qu’avec un entrefer variable pour influer sur l’intensité en sorte du stator? Cette éolienne, assez compact, développe 1Kwh à l’année.

Le moteur à dégravitation magnétique

Ce moteur utilise la gravitation magnétique générée par des aimants permanents pour décupler une puissance d’entrée.
Jugez plutôt : avec un moteur de 700W alimenté en permanence, cette machine produit….14 kw ! C’est ce que l’on appelle un système surnuméraire : c’est l’une des approche les plus « réalistes » possible d’un système à mouvement perpétuel (à priori impossible du fait des pertes par frottements). Le moteur en entrée joue le rôle de la puissance continuellement apportée pour entretenir le système. La puissance de sortie permet largement d’alimenter l’entrée, et le cycle continue ainsi. Pour l’exemple, une batterie de voiture (12v) alimente pour le démarrage de la génératrice qui elle produits plus de 18Kwh… Cela pourrait remettre en question certain fournisseur d’électricité… SI chacun avait ça chez lui.

Chaudière à double combustion « dite à gazéification ».

Cette chaudière comprime les fumées pour élever la température de combustion (la compression entraîne la montée en température, du au respect de la loi des gaz parfait : PV = nRT) jusqu’à 1600°C voir 2000°C. La forte température de combustion (couplée à un filtrage fin des fumées) permet de transformer tous type de déchets en combustion : bois, mais aussi carton, papier, plastique et d’autres déchets domestique. Moins de 0,2gr de CO2. Une alternative aux déchets ménagers. La Chaudière

Un système de stockage de la chaleur.

Dans la cuve de 900 L, un système de stockage permet de stoker les calories supplémentaires. Il utilise une solution aqueuse (200 L sur 900 L) dite « a changement de phase ».
C’est exactement le même phénomène thermodynamique utilisé dans une pompe à chaleur. A base de sel, cette solution permet d’augmenter les capacité de stockage calorifique de la cuve en se liquéfiant dans la température dépasse 95°C. En dessous de cette température, la solidification de la solution est exothermique (dégage de la chaleur) et contribue à réchauffer la cuve.
Note : ce qui arrive cycliquement puisque l’équation de la chaleur, qui explique une partie de la diffusion (phénomène qui équilibre les espèces chimiques entre 2 milieux pour arriver à l’équilibre, dont les calories), montre l’aspect progressif et déphasé de cet équilibre : au moment où l’on se rend compte que l’on à « trop de chaleur », même si l’on coupe toutes les sources, il fera trop chaud encore un moment. Le système décrit ci-dessus vise à récupérer cette énergie pour la réutiliser à un moment où ce sera le contraire et ainsi limiter les besoins en chauffage.