ENERGIE RENOUVELABLE CIRCULAIRE

Recyclage des déchets

Chaque année en France, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères. Les calculs sont réalisés par l’Ademe à partir des tonnages des poubelles des ménages (hors déchets verts) collectées par les collectivités locales.

On peut aussi, comme le fait Eurostat afin d’effectuer des comparaisons internationales, évaluer la quantité de déchets municipaux par habitant. La quantité produite monte alors à 536 kg par an, et intègre en plus des déchets des ménages, ceux des collectivités et également une partie des déchets d’activités économiques.

Mais attention, ces chiffres ne sont que la partie émergée de l’iceberg de déchets produits en France chaque année : en prenant en compte les déchets professionnels (BTP, industrie, agriculture, activités de soin), on atteint 13,8 tonnes de déchets produits par an et par habitant.

 Plus de détails sur les chiffres de la production de déchets en France dans la brochure « Les déchets en chiffres » publiée par l’Ademe.

LA RÉPARTITION DES MODES DE TRAITEMENT

En France, la destination de nos déchets se répartit ainsi (moyennes nationales) :
 Incinération : 30 %
 Décharges : 36 %
 Valorisation matière (recyclage) : 20 %
 Gestion biologique (compostage/méthanisation des déchets organiques) : 14 %

Bon c’est pas sufisant !

Nous avons contacter le SITOM par téléphone à Bourgoin (38) et une personne très sympathique à répondu à quelques questions.
Notre communauté de communes, LYED, fait partie des ComCom en contrat avec le SITOM, usine d’incinération pour revaloriser une partie de nos déchets. Car ils ne prennent pas tout nos déchets…. Que néni !
Tous les déchets hors poubelle jaune sont pris en compte et recyclé par eux. Le reste ? Nous en reparlerons…

Donc ces déchets sont brûlés tel-quel à une température avoisinant les 1000°c, ce que je trouve peu par rapport à d’autre chaudière plus petite qui peuvent monter en température à plus de 1600° voir 2000°. Ce ne sont pas des chaudières à gazéification, comme je le pensait.

Quoi qu’il en soit, la chaleur émise par la combustion de ces déchets est valorisée, pour en faire du chauffage pour environ 3500 habitants de la ville de Bourgoin, ainsi que l’hôpital Pierre Oudot de Bourgoin et 10 bâtiments communaux.
Cette usine produit aussi de l’électricité qui sert en partie aux besoins énergétique de l’installation, environ 17 000 Mwh/an. Et à ce propos, le SITOM parle d’une augmentation des TGAP (Taxes Générales sur les Activités Polluantes) de 3€ à 15€, ce qui risque d’impacter d’une façon ou d’une autre les citoyens sur la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM).

Si vous le désirez vous pouvez visité cette usine. Nous pensons que nous ferons une petite visite au printemps. Voici une petite vidéo de démo de leur installation…

https://youtu.be/E9UGLhL7tcc

Ce que nous proposeront dans notre projet, c’est de mettre en place un système d’incinération des déchets avec donc une chaudière à gazéification, afin de recycler le maximum de déchets, même le plastique et le papier, en fait TOUT, sauf le verre, le métal et l’aluminium (canette, bouteille, boites de conserve…).
Une ou plusieurs chaudières, qui permettra de chauffé « gratuitement » nos écoles, bâtiments (mairie, services technique,…), et pourquoi pas dans une ZA pour le chauffage et l’électricité des entreprises ou mobilière de la commune.

Parmi nos choix sur la revalorisation des déchets il y a aussi le papier…. Le papier est consommé à outrance partout, dans toutes les institutions, le monde médical,…)

Des exemples : Le papier que l’on trouve sur les lits de médecins changer après chaque patient, le papier de secrétariat que l’on jette en boule dans la panière à papier !!! Ou encore dans des broyeuses, des documents administratifs d’hôpital pour la sortie des malades, durée de vie 15 min de la feuille de papier. Sans compter l’encre imprimée dessus….

Alors nous voulons mettre en place une récolte de ces déchets papiers, afin qu’ils n’engorgent plus les poubelles et que nous puissions les revaloriser dans des chaudières à gazéification, la construction de brique de construction (papier-terre-eau), l’isolation thermique, des briques de papier pour le chauffage (rendement calorique 4000 kgcal par kg), et plein d’autre ressources.

Vous voyez il y a encore du boulot, mais si tout le monde fait un petit peu, ça marchera.

Sources : cniid, Usine d’incinération de Bourgoin-Jallieu